LE THÉÂTRE D'OMBRES DE BALI


Tout est beau à Bali, même l'entrée d'une maison traditionnelle

 

 

Danse du Barong

 Musique de danse du  Barong

 

Bali est une petite île d’à peine 5632 km2  qui se trouve à l’est de Java, elle est peuplée d’environ 3 millions d’hindouistes  et d’environ 2 millions de musulmans qui sont venus s’y installer à l’occasion du boom touristique. C’est la principale destination touristique de l’Indonésie, et malgré les 3 millions d’étrangers qui s’y rendent chaque année Bali conserve une culture très forte et omniprésente.

Au  14ème siècle le royaume de Majapahit qui est le dernier royaume indianisé de l’est de Java tombe sous la pression de ses voisins musulmans et une grande partie de la population décide de s’exiler à Bali et envahit l’île et la conquiert par les armes. La culture balinaise actuelle est donc le résultat de la rencontre et du mélange des deux populations.

Le wayang kulit balinais est considéré par les spécialistes comme étant le plus proche de celui qui existait à Java au 14ème siècle, et bien entendu comme il n’a pas subi les contraintes de l’islam les marionnettes sont souvent beaucoup moins caricaturales que leur équivalent javanais. Elles sont beaucoup plus simple aussi, mais n’en restent pas moins très belles et expressives.

Encore plus que pour le voisin javanais, le wayang kulit local a une fonction religieuse d’autant plus marquée qu’il s’agit, à travers les épopées hindoues et les contes locaux, de représenter les dieux et les démons auxquels les balinais croient profondément.  En fait il y a deux sortes de représentations de wayang kulit, la représentation de jour, ou wayang lemah, et la représentation de nuit, ou wayang peteng. La représentation de jour joue le rôle le plus sacré, elle est réservée à des cérémonies de très grande importance comme la célébration de l’anniversaire d’un temple, même si curieusement elle attire très peu de monde, souvent en majorité des hommes. La célébration de nuit est réservée aux manifestations religieuses de moindre importance comme un mariage ou le limage des dents d'un adolescent et elle dure toute la nuit, soit 9h environ, comme à Java. C’est la forme nocturne qui est la plus courante dans toute l’île et elle est aussi une forme de distraction, ce qui n’est jamais le cas du wayang lemah.

Même si la religion balinaise est l’hindouisme, importé de l’Inde, elle a en plus des dieux hindous comme Shiva ou Ganesha ses propres dieux locaux. Ceux-ci sont invoqués quasi uniquement pendant les spectacles de wayang lemah, et encore le fait-on avec parcimonie car les balinais estiment que cela est dangereux et peut mettre en cause l’équilibre même de la vie quotidienne.

Les deux formes de wayang kulit

Un spectacle de wayang peteng est organisé un peu de la même manière que son équivalent javanais, le marionnettiste ou dalang commence par des rites de purification du lieu puis de la scène avec de l'eau lustrale, puis il ouvre sa grande boîte à marionnettes en bois dans lequel toutes les pièces sont rangées selon un ordre bien précis établi par la tradition. Il les plante dans le tronc de bananier qui constitue la base de la scène, et qui est placé au pied de l’écran. Les bons personnages sont placés à droite et les mauvais à gauche. Comme à Java le dalang est accompagné pendant le spectacle par un gamélan, l’orchestre traditionnel, qu’il dirige à l’aide d’un objet en bois qui est maintenu entre ses orteils, et avec lequel il tape dans la boîte à marionnettes. L’écran est éclairé par une lampe à huile de coco (cf. photo), dont le mouvement continuel de la flamme donne au spectacle une force très particulière. Après le spectacle les marionnettes sont méticuleusement replacées dans leur boîte, et dans le même ordre.

Les spectacles de wayang lemah ne doivent avoir lieu que dans un endroit réputé pur, comme un temple, et ils sont organisés à la gloire des dieux auquel est dédié ce temple. L'endroit peut être le parvis du temple, à l’intérieur ou même directement sur son autel. Pendant toute la représentation des brahmanes récitent des mantras. Enfin le spectacle se fait sans aucun écran, et bien entendu sans aucune lampe.

 

Les deux formes de wayang kulit sont menées par des dalangs distincts, mais tous deux ont sont particulièrement respectés pour leur grande connaissance des textes sacrés et  des traditions religieuses liées à leur art. Ils doivent également tous les deux maîtriser le kawi, qui est le nom du javanais ancien. Comme à Java chaque dalang possède sa propre collection de figurines, avec laquelle il mène son spectacle. Cette collection est d’environ de 100 pièces et elle se transmet souvent de génération en génération, car elle coûte cher à faire fabriquer. Pourtant même si la fonction de dalang est souvent héréditaire, rien n’empêche un balinais dont les ascendants ne sont pas des dalangs de se former à cet art auprès d’un maître. De la même manière même si les dalangs qui assurent les spectacles de jour sont souvent de la caste des brahmanes, rien n’empêche un sudra (un hors caste, comme le sont 90% des balinais) de devenir dalang lui-même.

 

Le fabriquant de figurines, la forme et les couleurs des marionnettes

Le fabriquant de figurines, ou tukang wayang,  est aussi un personnage très respecté car il lui faut connaître parfaitement les traditions liées à son art. Il est d’autant plus apprécié qu’il est capable de copier sans aucune altération de caractéristiques les marionnettes les plus anciennes, supposées être les plus proches de la tradition originale. Car tout est codifié dans une marionnette, la forme de son visage, de ses yeux, de son nez, de sa coiffe, de son corps, des bijoux portés, des vêtements, etc. Les couleurs elles aussi sont très codifiées selon la plus pure tradition brahmanique  venue de l’Inde.

 Ainsi le blanc est un symbole de pureté parfaite, il est traditionnellement associé à l’est. Le blanc est réservé aux plus grands dieux, et aussi au dieu singe Hanuman, personnage du Ramayana qui fait le vœu de chasteté et le respecte parfaitement. Le jaune est un symbole de pureté moindre, il est associé à l’ouest. Le bleu, qui est associé au nord, est symbole de vertu, c’est aussi la couleur du dieu Vishnu et de ses avatars Rama et Kreshna. Le rouge est associé aux démons et aux personnages qui, sans être mauvais, ne maîtrisent pas leurs nerfs… ce qui est un grave défaut dans toute l’Indonésie. Il est associé au sud. Le noir peut être associé à la vertu, mais parfois il est aussi associé au danger. Ces associations sont à peu près les même que celles qui sont en cours dans le wayang kulit de Java. Même si les marionnettes balinaises et javanaises ne se ressemblent pas, elles ont aussi souvent en commun certaines caractéristiques physiques.
 

 

Photo d'un écran de wayang kulit balinais

 

Un Gunungan (ou Kayonan, arbre de vie symbolisant l'univers)

 

Marionnette de Gadang

 

Une représentation de jour (wayang lemah)

 

 

Quatre photos d'une représentation de nuit (wayang peteng)

 

 

 

 

 Le lecteur trouvera plus de photos de marionnettes balinaises en cliquant ici.

 

Liens utiles: Wayang1 Wayang2 Wayang3 Wayang4

 

Pour la suite veuillez sélectionner l'autre ile d'Indonésie: Java

Ou un autre pays: Chine  Cambodge  France  Inde  Thaïlande  Turquie

Ou sélectionner une épopée indienne: Mahabharata ou Ramayana

Ou de revenir à l'accueil: Accueil 


 

 

Vous pouvez laisser un commentaire ci dessous, il sera affiché après validation par le modérateur

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir